Les Archives Berzin

Les Archives bouddhistes du Dr. Alexander Berzin

Basculer vers la version texte de cette page. Basculer vers la navigation principale.

Page d'accueil > Une approche du bouddhisme > Introduction au bouddhisme > « Dharma light » versus « Dharma intégral »

« Dharma light » versus
« Dharma intégral »

Alexander Berzin
Mars 2002
Traduit par Pauline M. Silbermann

L’importance de la renaissance

Le bouddhisme tibétain suit la tradition indienne, et toutes les traditions indiennes partent du postulat de la renaissance. Même si les gens qui vivent dans une culture traditionnellement bouddhique n’ont pas une compréhension approfondie de ce qui prend renaissance et de comment elle fonctionne, l’idée de la renaissance n’en est pas moins pour eux une donnée culturelle avec laquelle ils ont grandi. Il leur suffit d’affiner leur compréhension ; ils n’ont pas besoin d’être d’abord convaincus de l’existence de la renaissance. C’est pourquoi dans les textes sur les étapes graduées de la voie (lam-rim), on ne trouve aucune argumentation visant à persuader de l’existence de la renaissance.

Sans renaissance, toute discussion portant sur l’esprit qui n’a ni commencement ni fin devient vaine. Sans l’esprit qui n’a ni commencement ni fin, toute présentation du karma tombe à plat. La raison est que les résultats karmiques des actes que nous accomplissons au cours de cette vie, la plupart du temps, n’arrivent pas à maturation dans cette même vie. Sans la présentation des causes et des effets karmiques, qui s’étendent sur un grand nombre de vies, toute discussion sur la vacuité des causes et des effets et sur la production interdépendante, elle aussi, tombe à plat.

De surcroît, en termes des trois dimensions de la motivation du lam-rim, comment peut-on, en toute sincérité, viser à obtenir de meilleures vies futures sans croire à leur existence ? Comment peut-on, en toute sincérité, viser à atteindre la libération des renaissances à la récurrence incontrôlable (samsara) sans croire à la renaissance ? Comment peut-on, en toute sincérité, viser à atteindre l’illumination et acquérir la capacité d’aider les autres à se libérer de la renaissance, sans accepter la renaissance comme un état de fait ?

En termes de la méditation sur la bodhichitta, comment peut-on, en toute sincérité, reconnaître que tous les êtres ont été nos mères dans des vies antérieures, sans croire aux vies antérieures ? En termes du tantra de l’anuttara yoga, comment peut-on, en toute sincérité, méditer en analogie avec la mort, le bardo et la renaissance afin de nous purifier d’en faire l’expérience de façon incontrôlable, si nous ne croyons pas en l’existence du bardo et de la renaissance ?

Il est donc évident que la renaissance constitue la pierre d’angle d’une grande et cruciale partie des enseignements du Dharma.

« Dharma light » et « Dharma intégral »

La plupart des Occidentaux arrivent au Dharma sans avoir une croyance préalable en la renaissance. Beaucoup d’entre eux ont une approche de l’étude et de la pratique du Dharma en tant que méthode visant à améliorer la qualité de leur vie présente, en particulier pour surmonter des problèmes psychologiques et affectifs. Cette attitude réduit le Dharma à une forme de psychothérapie asiatique.

C’est une approche du Dharma bouddhique que j’ai taxée de « Dharma light », comme on parle de Coca-Cola light. C’est une version allégée, pas aussi forte que « l’intégrale ». Quant à l’approche traditionnelle du Dharma – qui comprend non seulement la discussion sur la renaissance, mais aussi la présentation des enfers et des six autres royaumes d’existence – je l’ai appelée « Dharma intégral ».

Les deux façons de pratiquer le Dharma light

Il y a deux façons de pratiquer le Dharma light.

  1. Nous pouvons le pratiquer tout en prenant note de l’importance de la renaissance dans le bouddhisme et en ayant l’intention sincère d’étudier les enseignements corrects qui s’y rapportent. Ainsi, nous visons à améliorer notre vie présente en utilisant les méthodes du Dharma comme pierre de gué sur la voie où nous travaillons à améliorer nos vies futures et à obtenir la libération et l’illumination. Ainsi, le Dharma light devient un pas préliminaire sur la voie graduée vers l’illumination, une étape antérieure à la dimension initiale. Une telle approche rend complètement justice à la tradition bouddhique. En tant que Dharma light, elle n’a pas de prétention au titre de « Dharma intégral ».
  2. Nous pouvons pratiquer le bouddhisme avec la compréhension que le Dharma light est, non seulement le véritable Dharma, mais qu’il est, en plus, la forme de bouddhisme la plus appropriée et la plus judicieuse à pratiquer pour les Occidentaux. Une approche aussi simpliste porte un grossier préjudice à la tradition bouddhique et conduit facilement à une attitude d’arrogance culturelle.

Il faut donc faire preuve de circonspection si nous trouvons qu’en l’état actuel de notre développement et de notre compréhension spirituels, le Dharma light est notre boisson.

Résumé schématique du Dharma light

Le bouddhisme devient du Dharma light lorsque :

  • le but poursuivi est d’améliorer cette vie seulement,
  • l’élève a peu ou pas de compréhension des enseignements du bouddhisme sur la renaissance,
  • en vertu de quoi, l’élève ne croit ni ne s’intéresse aux vies futures,
  • même si l’élève croit en la renaissance, il ou elle n’accepte pas l’existence des six royaumes de la renaissance,
  • le professeur de Dharma évite la discussion sur la renaissance, et même s’il en discute, il évite la discussion sur les enfers. Le professeur réduit les six royaumes de la renaissance à l’expérience psychologique humaine.

Résumé schématique du Dharma intégral

Le Dharma intégral est la pratique traditionnelle authentique du bouddhisme, dans laquelle :

  • l’élève reconnaît au moins l’importance de la renaissance sur la voie spirituelle et souhaite sincèrement en acquérir une compréhension correcte,
  • l’élève a comme but, soit la libération des renaissances à la récurrence incontrôlable, soit l’illumination et la capacité d’aider tous les autres à obtenir la libération,
  • même si l’élève a pour but d’améliorer ses vies futures, ceci est une simple étape sur la voie vers l’atteinte de la libération ou de l’illumination,
  • même si l’élève a pour but d’améliorer cette vie, ceci est une simple étape sur la voie de l’amélioration de ses vies futures et vers l’atteinte de la libération ou de l’illumination.