Les Archives Berzin

Les Archives bouddhistes du Dr. Alexander Berzin

Basculer vers la version texte de cette page. Basculer vers la navigation principale.

Page d'accueil > Pratique quotidienne > Prières et pratiques du tantra > La prière à sept branches

La prière à sept branches

(Yan-lag drug-gi smon-lam)
de Shantidéva, Engagement dans la pratique du bodhisattva
(sPyod-'jug, Skt. Bodhisattvacharya-avatara)
Traduit par Alexander Berzin, 2004
Traduit de l’américain par Pauline M. Silbermann

Jusqu’à ce que mon état soit purifié, je prends une direction sûre
De la part des Bouddhas, du Dharma
    et de la Plus Haute Assemblée.
Par la force positive de ma pratique du don, etc.
Puissé-je concrétiser la bouddhéité pour aider ceux qui errent !

Puisse la surface de la terre dans toutes les directions
Être pure sans même le moindre gravillon,
Aussi lisse que la paume de la main d’un enfant,
Naturellement polie comme la pierre de béryl !

Puissent les objets d’offrandes, divins et humains,
Véritablement déployés et aussi imaginés
Comme des nuages sans pareils d’offrandes de Samantabhadra
Emplir toute la sphère de l’espace !

  1. Je me prosterne devant vous, tous les Bouddhas
    Qui avez honoré les trois temps,
    Devant le Dharma et la Plus Haute Assemblée,
    M’inclinant de tous les corps
    Aussi nombreux que tous les atomes du monde.

  2. De même que Manjushri et les autres
    T’ont fait des offrandes, Ô Victorieux !
    Moi aussi, je vous fais des offrandes, à vous
        mes Gardiens Qui s’en Sont Ainsi Allés,
    Et à vos enfants spirituels.

  3. Au fil de mon existence samsarique sans commencement,
    Dans cette vie et dans d’autres,
    J’ai commis par mégarde des actes négatifs
    Et j’ai été la cause d’actes destructeurs commis
        par les autres.
    De plus, aveuglé par la confusion de la naïveté,
    Je m’en suis même réjoui(e). Quels que soient mes actes,
        voyant qu’il s’agit d’erreurs, je les dénonce ouvertement
    Devant Vous, mes Gardiens, du fond de mon cœur.

  4. Avec plaisir, je célèbre l’océan de force positive
    Né de la poursuite de votre but de bodhichitta
    Qui est de procurer la joie à tous les êtres limités,
    Et je me réjouis de vos actes qui ont apporté
        de l’aide à chacun d’eux.

  5. Joignant les paumes de mes mains,
    Je vous en supplie, Bouddhas de toutes les directions,
    Faites briller la lampe du Dharma pour les êtres limités
    Qui souffrent et tâtonnent dans les ténèbres.

  6. Joignant les paumes de mes mains, je vous implore,
    Triomphateurs qui passeraient au-delà de la peine :
    S’il vous plaît, restez d’innombrables cycles cosmiques
    Pour ne pas abandonner ces êtres errants
        à leur aveuglement.

  7. Quelle que soit la force positive que j’ai accumulée
    Par tout ce que j’ai effectué de cette manière,
    Puissé-je écarter la souffrance
    De tous les êtres limités !

Adressant et offrant aux champs de bouddhas
Ce socle oint d’eaux parfumées, parsemé de fleurs,
Orné du Mont Mérou, des quatre îles, d’un soleil et d’une lune
Puissent tous les êtres errants être conduits
    vers les terres pures !
Om idam guru mandala-kam nir-yatami.
À vous, précieux Gourous, j’envoie ce mandala.