Les Archives Berzin

Les Archives bouddhistes du Dr. Alexander Berzin

Basculer vers la version texte de cette page. Basculer vers la navigation principale.

Page d'accueil > Une approche du bouddhisme > Harmonie et dialogue interreligieux > Le point de vue du bouddhisme sur les autres religions

Le point de vue du bouddhisme sur les autres religions

Singapour, le 10 août 1988

Version révisée de l’extrait de
Berzin, Alexander and Chodron, Thubten.
Glimpse of Reality.
Singapore: Amitabha Buddhist Centre, 1999.
Traduit par Xavier Alvarez

Question : Comment le bouddhisme voit-il l'existence des autres religions ?

Réponse : Les êtres humains ont différentes tendances et ont des centres d’intérêts variés. Le Bouddha a donc enseigné diverses méthodes pour différentes personnes. Sa Sainteté le Dalaï-Lama a cité cet exemple pour illustrer comme il est merveilleux que tant de religions différentes existent dans le monde ! Tout comme le même plat de nourriture n’est pas au goût de tout le monde, une religion ou un ensemble de croyances ne peut pas satisfaire aux besoins de tous. Il est donc extrêmement bénéfique de disposer d’un grand choix de religions différentes, le Dalaï-Lama encourage les différences et s’en réjouit.

De nos jours, sur la base d’un respect mutuel, un dialogue croissant s’est instauré entre des maîtres bouddhistes et des dirigeants d'autres religions. Le Dalaï-Lama, par exemple, rencontre fréquemment le pape. À Assise, en Italie, en octobre 1986, le pape a invité des chefs de toutes les religions du monde à participer à une grande assemblée. Environ cent cinquante représentants y participaient. Le Dalaï-Lama était assis à côté du pape et il a eu l'honneur de faire le premier discours. Lors de la conférence, les différents chefs spirituels ont discuté des thèmes qui sont communs à toutes les religions, comme la moralité, l'amour et la compassion, et les gens ont été très encouragés par la coopération, l'harmonie et le respect mutuel qu’ils se sont témoignés.

Bien sûr, si nous discutons de métaphysique et de théologie, il y a des différences. On ne peut pas les contourner. Mais ce n’est pas une raison pour se disputer en prenant l'attitude de : « Mon papa est plus fort que le tien », c’est très enfantin. Il est davantage bénéfique de regarder les points communs. Toutes les religions du monde visent à améliorer la situation et les conditions de vie de l’humanité en prônant une conduite éthique à suivre. Elles enseignent toutes de ne pas se laisser complètement absorbé par le côté matériel de la vie, mais d’arriver au moins à un équilibre entre la recherche du progrès matériel et du progrès spirituel.

C’est une chose très bénéfique lorsque toutes les religions coopèrent entre elles dans le but d’a méliorer la situation dans le monde. Nous n’avons pas seulement besoin de progrès matériel, mais également de progrès spirituel. Si nous portons notre attention uniquement sur l’aspect matériel de la vie, alors, construire une bombe encore plus puissante pour tuer tout le monde pourrait être un but désirable à atteindre. Mais si, d'autre part, nous pensons de manière humaniste ou spirituelle, nous sommes conscients de la peur et des autres problèmes causés par l’escalade des armes de destruction en masse. Si nous ne développons que le côté spirituel et que nous ne prenons pas soin du côté matériel, le monde souffrira de famine. Ce n’est donc pas bon non plus. Nous avons besoin d'un équilibre.

Un aspect de l'interaction entre les religions du monde est qu'elles échangent certaines de leurs spécialités. Considérons, par exemple, l'interaction entre les bouddhistes et les chrétiens. Beaucoup de contemplatifs chrétiens montrent de l’intérêt à apprendre du bouddhisme des méthodes de concentration et de méditation. De nombreux prêtres catholiques, des abbés, des moines et des nonnes sont allés à Dharamsala, en Inde, pour y acquérir ces compétences afin de les intégrer dans leurs propres traditions, et plusieurs bouddhistes ont enseigné dans des séminaires catholiques. J’a i été invité de temps en temps à y enseigner comment méditer, comment développer la concentration et l'amour. Le christianisme nous enseigne qu’il faut aimer tout le monde mais n'explique pas en détail comment s’y prendre. Le bouddhisme est riche en méthodes pour développer l'amour. La religion chrétienne à son plus haut niveau est ouverte à l’apprentissage de ces méthodes bouddhiques. Cela ne signifie pas que tous les chrétiens deviennent des bouddhistes – personne ne désire convertir personne – mais ces méthodes peuvent être adaptées à leur propre religion pour les aider à devenir de meilleurs chrétiens.

De même, beaucoup de bouddhistes montrent de l’intérêt à apprendre le service social du christianisme. Beaucoup de traditions chrétiennes attachent de l’importance à l’implication de leurs moines dans des activités d'enseignement, de travail en milieu hospitalier, de soins aux personnes âgées, aux orphelins, etc. Bien que certains pays bouddhistes offrent ces services sociaux, tous ne le font pas, pour différentes raisons sociales et géographiques. Les bouddhistes peuvent apprendre le service social des chrétiens. Sa Sainteté le Dalaï-Lama y est très ouverte. Cela ne signifie pas que les bouddhistes deviennent des chrétiens. C’est plutôt qu’il y a certains aspects de l’expérience chrétienne que les bouddhistes peuvent apprendre et qu’il y a aussi des choses dans l’expérience bouddhiste dont les chrétiens peuvent profiter. Dans ce sens, sur la base d’un respect mutuel, un forum est ouvert entre les religions du monde.

Bien souvent, l'interaction parmi les religions s’effectue au plus haut niveau, où les gens sont ouverts et n'ont pas de préjugés. C'est à des niveaux plus bas que les gens se laissent déstabiliser et prennent une mentalité d'équipe de football : « C'est mon équipe de football et les autres religions sont les équipes de football adverses ! ». Une telle attitude ne peut mener qu’à la concurrence et au combat. C'est une chose très triste, que cela se produise entre les religions ou au sein des différentes traditions bouddhiques. Le Bouddha a enseigné diverses méthodes qui travaillent toutes dans l’harmonie afin d’aider un large éventail de personne différentes. C’est pourquoi il est important de respecter toutes les traditions, au sein du bouddhisme et à travers toutes les religions du monde.